Février 2016 – Confiance à l’oral

Ce mois-ci, Louise nous demande :

« Comment paraître sûr de soi lors de l’entretien (et l’être vraiment) ? »

________________________________________________________________________

Chère Louise,

le jour de mon entretien, j’étais tellement stressée que l’une de mes plus grandes victoires est de n’avoir pas vomi sur mon jury ! D’ailleurs, j’étais tellement nerveuse que je leur ai dit bonjour trois fois. C’est vrai, l’idée d’être face à deux membres du jury peut angoisser encore plus que l’écrit, surtout si l’on est timide. Impossible de se cacher derrière un code-barre…

Mais, aussi étrange que cela puisse paraître, il faut t’efforcer de voir cela comme une chance : tu es arrivée jusqu’à l’oral, et c’est donc que tu as du mérite, du potentiel, et que Sciences Po s’intéresse vraiment à toi ! Dans le même ordre d’idées, tu vas avoir l’opportunité de te présenter vraiment au jury : toi, rien que toi, et si possible la meilleure version de toi. Celle qui a confiance en elle, qui est sûre de ses convictions, curieuse et ouverte sur le monde, fière de ses valeurs… Rien ne sert de te créer un personnage de wonder-woman : tu verras, être honnête, c’est libérateur ! D’abord parce que mentir, c’est désagréable et difficile : il faut rester cohérent pendant tout l’entretien, ce qui est délicat quand on est stressé.

Ensuite, parce qu‘être honnête, c’est aussi s’autoriser à ne pas être parfait : tu as le droit d’avoir certains défauts, d’avoir oublié la réponse à une question… Quand on cherche à se présenter dans sa globalité au jury, ces petites imperfections n’effacent pas nos qualités. Mieux, elles nous permettent de montrer qu’à l’âge de la grande adolescence, on réfléchit activement à qui l’on est, que l’on sait prendre du recul par rapport à soi-même. Être assez responsable et mûr pour reconnaître ses faiblesses et avoir préparé un plan d’attaque pour les surmonter ! Ce sont de grandes qualités humaines qui te serviront toute ta vie, et elles intéressent le jury (pendant ton oral, ton attitude est autant examinée que ce que tu dis).

Enfin, quand on a été sincère avec le jury et avec soi-même (ce qui n’empêche bien évidemment pas de s’appliquer à se présenter sous son meilleur jour), cela permet de se libérer de la pression « concours ». C’est une manière d’être certaine que si tu es admise, ce sera pour les bonnes raisons. Et si justement, tu n’étais pas retenue ? Tu pourras te dire avec fierté que tu es allée jusqu’au bout d’une procédure exigeante et sélective qui t’a beaucoup appris sur toi-même et que peut-être Sciences Po et toi n’étiez pas compatibles à ce moment-là. Cela n’a rien de honteux.

Enfin, quelques petits conseils plus pragmatiques : prépare bien ton entretien ! Si tu peux le visualiser avant, cela te permettra d’éviter au moins le stress lié à l’inconnu. Donc :

  • Relis bien ta lettre de motivation, suis l’actualité et essaie d’anticiper les questions que l’on pourrait te poser sur ces sujets (d’ailleurs, nous en compilons une liste sur notre site !).
  • Entraîne-toi à te présenter en une minute au maximum, histoire de pouvoir commencer ton entretien en terrain déminé.
  • Assure côté logistique : prépare ta tenue la veille, prends un bon petit déjeuner, et arrive en avance (après avoir, pourquoi pas, repéré le trajet la veille).
  • Demande à un proche (ou à nous !) de te faire passer un ou plusieurs entretiens blancs. C’est particulièrement utile pour te permettre de repérer d’éventuels tics nerveux. Tout le monde en a un et ça se soigne très bien ! Moi, par exemple, je remonte sans arrêt mes lunettes: le jour de l’entretien, j’ai fait exprès de porter des lentilles…

 

 

Alors courage, tout va bien se passer ! Et si jamais le stress te faisait légèrement perdre tes moyens le jour J, ne stresse pas à cause du stress ! Le jury sait bien qu’il s’agit peut-être de ton tout premier entretien, et que l’enjeu compte pour toi. La majorité du temps, il cherchera à te mettre à l’aise et ne s’offusquera pas d’une petite maladresse de ta part.

 

M.B.

Publicités