L’épreuve d’histoire

Pour vous aider dans votre préparation, retrouvez les annales et rapports de correction des années précédentes ici !


 

Quand on veut rentrer à Sciences Po, on a (normalement) un certain goût pour l’Histoire ! L’Histoire, avec un grand H, pas la petite histoire qu’on se raconte accoudé à un bar.
On peut le résumer ainsi : pendant quelques mois, avant l’examen, l’Histoire doit devenir (ou demeurer, si c’était le cas avant) une passion ! Si elle pouvait le rester après le concours, ça serait idéal, mais bon, il ne faut pas trop en demander…
Commençons par le commencement, et quelques détails techniques :
l’épreuve d’Histoire dure 4 heures (comme au bac !), et est affectée d’un coefficient 2, c’est donc une matière importante, qu’il ne faut absolument pas négliger. Car 1 point gagné en Histoire, coefficient 2, c’est 0,4 point sur votre moyenne générale à l’examen ! Ça n’a l’air de rien, comme ça, mais n’oubliez pas, ça ressemble à un concours ! Et passer de 9,6 à 10, ça peut changer votre vie ! (enfin, au moins changer vos études).
Quatre heures, c’est long ! Mais vous devrez vous habituer, c’est le format d’examen de la plupart des matières fondamentales à Sciences Po.
Durant ces quatre heures, vous aurez à faire deux exercices,
– Une dissertation, à partir d’un sujet, que vous devrez choisir entre les deux proposés. Cet exercice requiert des capacités d’analyse, et surtout de problématisation. Bien sûr, vous aurez à mobiliser des connaissances, mais le programme de l’épreuve étant celui de la classe de Première générale, vous ne devriez pas avoir trop de mal ! Donc, le plus important, c’est de maîtriser la méthodologie de la dissertation. Vous trouverez des conseils géniaux sur cette page dédiée à cette tâche ardue et crainte.
– Une étude critique de documents, généralement 1 ou 2. Vous devez présenter le(s) document(s), et montrer comment il permet de mieux comprendre un événement, mais aussi quelles sont ses limites. Autrement dit, vous devez décortiquer ce que le(s) document(s) dit, et aussi… ce qu’il ne dit pas ! A titre d’exemple, le sujet 2013 était ainsi formulé : « Vous présenterez le document suivant de la façon la plus précise possible et vous montrerez son intérêt et ses limites pour la compréhension de la Guerre froide. ». Le document en question était un extrait de la Déclaration des pays membres du Pacte de Varsovie au sujet de la situation berlinoise en 1961, peu avant la construction du mur.
Pour ce qui est de la méthodologie, si vous n’êtes pas trop sûrs de vous, rappelez vous surtout qu’il faut de la rigueur. Le correcteur doit percevoir, en parcourant votre copie, que vous avez raisonné, et que vous avez été capable de coucher ce raisonnement sur une feuille, sans vous perdre, et sans tenter de le perdre lui (le correcteur déteste qu’on essaye de l’embobiner, en le noyant dans des informations et des faits sans tisser de liens entre eux, par exemple).
Sciences Po conseille aux futurs candidats de consacrer 2h30 à la première épreuve. Là, comme tout apprenti-bachelier, vous devez commencer à trembler : 2h30 pour pondre une dissertation, qui comptera pour beaucoup dans votre admission (ou pas) à Sciences Po !
Dès que vous aurez choisi votre sujet, sautez sur votre brouillon (enfin, façon de parler… et puis, si jamais vous suiviez mon conseil au pied de la lettre, sachez que les sympathiques surveillants se feront une grande joie de passer leurs nerfs sur votre pauvre petit corps frêle ! Tact et retenue seront donc de mise !), et couchez-y (sur votre brouillon, je le répète pour ceux qui auraient perdu le fil) ce qui vous vient à l’esprit, quand on vous parle du sujet en question. Des dates, des événements, des questions, etc. Classez-les, et tâcher de trouver des tensions en rapport à votre problématique. Ces tensions vous permettront de voir se profiler un raisonnement balancé, et donc… une problématique !
Une fois votre problématique en vue, élaborez votre plan. 2 parties, 2 sous-parties, ou bien 3 parties, 2 sous-parties, les combinaisons sont multiples, et tout dépendra du correcteur, qui peut aimer le classicisme, ou être séduit par l’originalité. Toutefois, si vos connaissances sur le sujet traité vous semblent laisser à désirer, n’hésitez pas à sécuriser votre copie en ne prenant pas de risque sur la forme. Si, au contraire, vous êtes intarissable, peut-être pourrez-vous vous permettre de surprendre votre correcteur…à vos risques et périls !
SURTOUT, une fois passé(s) les douloureux instants consacrés à la recherche de la problématique et du plan, rédigez l’introduction et la conclusion. Car quand votre correcteur aura sur son bureau une jolie cinquantaine de copies d’examen, certaines faisant 12 pages en pattes de mouches, croyez-moi, il s’intéressera avant tout à l’alpha et l’oméga des travaux de ces potentiels futurs étudiants. Donc, ce sont des passages à soigner tout particulièrement. On a dû déjà vous le dire, on vous le répétera certainement, mais… on ne le dira jamais assez !
Durant le temps qui vous reste, et en tenant compte qu’il faudra consacrer au moins 1 heure à l’exercice 2, rédigez tranquillement mais rigoureusement votre devoir.
Vous devez montrer que vous avez compris le sujet, et que vous pouvez aisément disserter dessus. D’ailleurs, si on vous avait laissé plus de temps (et un accès à Internet), vous n’auriez pas rendu une seule copie, mais bien quatre !
Pour être à peu près sûr d’être en capacité de traiter au moins un des deux sujets (l’idéal est tout de même d’être suffisamment préparé, afin de pouvoir choisir vraiment librement entre les deux sujets proposés, et non pas d’en choisir un par défaut), il est nécessaire de ne pas faire d’impasse sur le programme de révisions, que Sciences Po a très généreusement détaillé.
Notez bien que désormais, le programme de révisions ne débute plus en 1914, mais remonte à 1850 ! Un détail à ne pas oublier !  
Alors oui, il est très fourni, mais vous n’y couperez pas ! Le programme est découpé en cinq grands thèmes (voir la page « Programme » de ce site et la page du site officiel de Sciences Po).
Le concours a désormais lieu fin février-début mars. En 2016, il aura lieu les 20 et 21 février. Si vous commencez à vous préparer en Septembre, ça vous laisse 6 mois pour étudier bien en détail les 5 thèmes d’Histoire. Soit 24 semaines, et 4,8 semaines par thème !
Faites des fiches sur chacun des thèmes listés. Rassemblez des dates, des personnages clés, voire des anecdotes (cela peut être utile pour débuter votre introduction, par exemple), et lisez les dès que vous aurez l’occasion ! Dans le bus, avant l’extinction des feux, ou au petit-déjeuner.
Lisez avec attention votre manuel d’Histoire, mais ne négligez pas Internet (Wikipédia aussi, hé oui, vous avez bien lu ! Notamment sur les différents événements de la décolonisation et de la Guerre Froide) ! Lisez également des ouvrages de référence, qui vous seront de toute façon fort utiles à Sciences Po :
– Introduction à l’histoire de notre temps , de René Rémond
– Histoire du XIXè siècle, de Serge Berstein et Pierre Milza
– Histoire du Xxè siècle, de Serge Berstein et Pierre Milza
– Petit atlas historique du Xxè siècle, de Marc Nouschi
– Les relations internationales de 1871 à 1914, de Serge Berstein et Pierre Milza
– Les relations internationales. I. De 1945 à 1973, de Berstein et Milza
– Les relations internationales. II. De 1973 à nos jours, de Berstein et Milza
– L’Histoire du XIXè siècle en fiches, de David Colon (je ne l’ai jamais lu, donc je dis ça au feeling…)
N’hésitez surtout pas à approfondir vos recherches sur ces thèmes, sans vous cantonner au programme scolaire du bac. En plaçant une date, un nom, un événement, qui sorte de l’ordinaire et du bréviaire du bachelier, vous pouvez vous démarquer des 1800 autres candidats qui ont planché à vos côtés !
Rappelez-vous, 1 point gagné en Histoire, c’est 0,4 point en plus sur votre moyenne générale au concours !
 
RAM

92 réflexions sur “L’épreuve d’histoire

  1. Omaima dit :

    Bonsoir,
    Si on a un goût pour l’histoire mais que les notes ne sont pas très bonnes dans le dossier, il y a une chance de rentrée à science po ? Merci

  2. Baptiste dit :

    Bonsoir,
    les exemples de copies (notamment en histoire) sont ils retouchés (outre l’orthographe) ou sont ils une parfaite copie des originaux?
    Merci😄

  3. Nina Bethenod dit :

    Bonjour,
    Merci pour ces précieux conseils à l’approche des écrits !
    J’ai toujours un probleme avec l’étude de document notamment sur la méthodologie: que faut il vraiment en intro et en conclusion ?
    Merci d’avance 🙂

Poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s