Le master « CJJ »

Le Master « Carrières judiciaires et juridiques » (CJJ) est l’un des deux masters formant l’Ecole de Droit de Sciences Po. Il s’adresse prioritairement aux étudiants intéressés par les concours de la haute fonction publique judiciaire française. Les débouchés principaux en sont donc les fonctions de magistrat et de commissaire de police, pour lesquels le master présente des taux de réussite exceptionnels en France. Cela étant, il constitue également un tremplin pour les professions d’avocat, directeur des services pénitentiaires, ou greffier en chef au sein d’une juridiction.

L’originalité de ce parcours, en comparaison avec les facultés de droit, est qu’il s’adresse aussi bien à de parfaits débutants en droit qu’à des étudiants ayant déjà quelques notions héritées de leur parcours antérieur, et se propose de tous les élever en deux ans au niveau des concours juridiques les plus exigeants de France.

Traditionnellement surnommé par les autres étudiants de Sciences Po le « master des no-lifes », il faut effectivement fournir une charge de travail souvent perçue comme la plus intense parmi les différents masters de l’IEP. Il s’agit tout de même de rattraper en deux ans un programme généralement traité en cinq ans à l’université. Cependant, au lieu de l’approche théorique un peu déconnectée des exigences professionnelles dont souffrent beaucoup des étudiants de la fac, le postulat de ce master (et de l’Ecole de droit de manière plus générale) est de former des candidats recevables aux concours. L’approche à Sciences Po est donc avant tout professionnelle et centrée sur l’actualité.

De plus, les résultats sont là, et la difficulté d’un cursus résolument élitiste, exigeant et technique, est compensée par l’ambiance soudée d’un master aux effectifs très réduits (une grosse trentaine) et par la bienveillance des enseignants, essentiellement des praticiens du droit et des professeurs spécialisés dans les préparations aux concours.

La grande force de ce master est enfin la prépa spécifique qui lui est rattachée en M2, faisant suite à un stage professionnel obligatoire de 16 semaines. Facultative mais hautement recommandée, cette prépa se déroule au troisième semestre et pendant les vacances du quatrième semestre, et consiste en un parcours intensif spécifique pour les aspirants magistrats et un autre pour les futurs commissaires. Cette dernière ligne droite permet de conforter ses acquis et de verrouiller définitivement la méthodologie requise pour les concours, avec des épreuves hebdomadaires en condition.

C’est donc un master dans lequel il est déconseillé d’entrer « par hasard », et la sélection drastique à l’entrée (en moyenne 5 admis par concours chaque année) doit être conditionnée à la détermination d’un projet professionnel précis et solide. Les étudiants qui savent dans quoi ils s’engagent y trouveront néanmoins un parcours d’études hautement gratifiant, ne connaissant pas d’équivalent dans le système universitaire français en termes d’efficacité et de réussite.

 

AH

24 réflexions sur “Le master « CJJ »

Poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s