Procédure par examen

Je suis entrée en master Affaires Publiques après trois ans de prépa littéraire au lycée Henri IV à Paris. C’était en 2012, qui était donc la première année du nouveau concours d’admission en master. Au niveau de la préparation, elle a été assez sommaire mais suffisante: le fils d’une de mes professeurs de prépa, qui était chargé de cours à Sciences Po et était lui-même passé par Sciences Po, a accepté d’apporter son aide à tous les khâgneux qui voulaient se lancer dans la grande aventure du concours… Après une petite réunion de présentation des épreuves, j’ai donc rédigé deux notes de synthèse. Si cela peut en rassurer certains, la première était catastrophique, la seconde un peu meilleure, et j’ai tout de même réussi à obtenir 16 (A+) le jour du concours! Pour la préparation à l’oral, ma prof a accepté en toute gentillesse de me faire passer un oral blanc, qui s’est plutôt bien passé. Mon véritable oral s’est également plutôt bien déroulé, même si j’ai mal répondu à certaines questions! Mais je ne me suis pas laissée déstabiliser et ai pu tourner l’entretien à mon avantage car le jury est revenu sur ma lettre de motivation, car j’avais mentionné plus de 10 ans de conservatoire (je joue du violon). J’ai donc eu beaucoup de questions là-dessus, ce qui m’a je pense permis de me démarquer parmi le lot d’autres candidats.

Mes conseils:

– je pense honnêtement que l’épreuve de la note de synthèse n’est pas difficile, (beaucoup moins en tout cas que les épreuves précédentes), le tout est donc de bien se préparer, et de faire au moins deux épreuves blanches avant le véritable concours.

– pareil pour l’oral, essayez de trouver quelqu’un pour vous entraîner, si vous vous entendez bien avec vos profs vous pouvez leur demander gentiment!

– il faut vraiment bien connaître le master pour lequel on postule (normal évidemment mais c’est loin d’être le cas de tous les candidats!) Si le jury voit que vous voulez rentrer à Sciences Po juste pour « faire bien » ça ne passe pas…

– entretenez de bonnes relations avec vos profs pour les lettres de recommandation (hyper important!)

– pensez à toutes les activités extra scolaires que vous faites pour vous différencier (moi je n’avais que le violon mais ça me prenait 10h par semaine voire plus, donc ça marche aussi)

– et pour ceux qui sont en prépa, n’écoutez pas les rumeurs comme quoi Sciences Po déteste les prépas, etc… Dans ma classe, je pense que 80% des gens ont eu le concours! Voilà, et le plus important: restez sereins!

_________________________________________________

J’ai intégré le Master Carrières judiciaires et juridiques (CJJ) de Sciences Po, par la voie du concours d’entrée en Master, après une licence de Droit et un Master 1 de Droit public à l’Institut d’Etudes Politiques de Lille. Je n’avais pas tenté le concours de Sciences Po au niveau post-bac, puisque j’ai toujours souhaité poursuivre un cursus juridique. Arrivé au niveau du Master, je me suis naturellement tourné vers l’Ecole de Droit de Sciences Po, qui s’est imposée depuis quelques années comme une formation d’excellence en Droit, spécifiquement orientée vers les concours des carrières judiciaires (Magistrature, police, Barreau). L’entrée en Master à Sciences Po est une procédure de longue haleine. Elle s’étire de décembre à mai, avec trois étapes distinctes : le dossier, l’écrit, l’oral. Le dossier de candidature à constituer pour l’entrée en Master est assez volumineux, et il est enserré dans des délais plutôt courts : comptez à peine plus d’un mois entre l’ouverture des candidatures et la date-butoir à laquelle votre dossier doit être finalisé.

Préparez-vous à l’avance : vous aurez notamment deux lettres de recommandation à produire, aussi commencez tout de suite à rechercher les professeurs prêts à les rédiger pour vous. N’oubliez pas que ces lettres seront examinées avec une très grande attention par l’examinateur chargé d’évaluer votre dossier. L’épreuve d’admissibilité, écrite, consiste en une note de synthèse de quatre heures, commune à tous les candidats. On ne peut pas réussir l’épreuve si on ne comprend pas que la note de synthèse n’est pas un test de connaissances mais une épreuve de méthode, rigoureuse et uniforme. Il s’agit de parcourir un dossier d’une dizaine de documents, d’en dégager les points saillants, et de les articuler entre eux pour en déduire un axe de synthèse. La difficulté se trouve dans la contrainte de temps : quatre heures, c’est très court, vous devez vous entraîner à l’avance pour ne pas perdre une minute le jour J. Le dossier sur lequel vous planchez est le même pour tous les candidats, alors dites-vous bien que seule votre réflexion peut vous distinguer. Néanmoins l’épreuve de note de synthèse à Sciences Po est un peu particulière : elle vous autorise à introduire, en plus des éléments du dossier, vos connaissances personnelles. Celles-ci doivent être utilisées avec parcimonie, et les documents du corpus conservent la priorité ; mais, à petites touches, notamment pour l’accroche de votre introduction, votre culture générale peut faire la différence. De mon côté, par chance, la note de synthèse portait sur un sujet que je connaissais bien … L’épreuve d’admission, orale, intervient fin avril. Au niveau d’une entrée en master, on attend de vous un projet universitaire et professionnel précis, ainsi qu’une bonne connaissance du master que vous souhaitez intégrer.

L’entretien commence habituellement par une petite présentation de votre part, durant quelques minutes, et suivie de questions. Ces questions peuvent être très variées, mais elles porteront le plus souvent sur les éléments que vous avez mis en avant dans votre dossier (une expérience à l’étranger, un mémoire de recherche, …). N’oubliez cependant pas que votre dossier n’est ici qu’un prétexte pour engager une discussion avec vous : votre parcours est déjà connu, ici on veut tester votre aisance à l’oral, votre capacité d’écoute, votre aptitude à rebondir sur une question. Enfin, soyez sincères : il faut montrer la personnalité derrière le dossier. Ayez confiance en vous : si on peut reconnaître une vertu à Sciences Po, c’est d’accepter et même d’encourager l’admission d’étudiants provenant des horizons les plus divers. Aucun parcours n’est rédhibitoire, du moment que vous savez en défendre la cohérence.


Publicités