L’oral d’admission

Dernière mise à jour : avril 2021

SOSciencesPo vous propose des conseils généraux pour préparer votre oral d’admission, dernière étape de la procédure d’admission. Notez que l’équipe éditoriale de Sciences Po a également dressé une liste de conseils pour cette nouvelle version de l’oral.

Vous pouvez participer à notre programme de binômes SOSciencesPo pour préparer votre oral avec un binôme.

Les consignes de Sciences Po

L’entretien d’admission représente la quatrième épreuve du processus d’admission et apporte la quatrième notation sur 20. Cette dernière note est additionnée aux trois précédentes notes attribuées aux trois blocs du dossier de candidature et concerne uniquement les candidats ayant obtenu une note sur dossier (sur 60) supérieure ou égale à la note déterminée par Sciences Po.

En privilégiant l’échange et le dialogue, l’oral permet une appréciation de la motivation du candidat et de son projet intellectuel pour Sciences Po, de ses capacités à mener un échange, de son attitude face à la contradiction et à la critique, tout en s’assurant de son potentiel à réussir ses études à Sciences Po. Il est également l’occasion de vérifier les compétences orales du candidat au terme de son parcours scolaire.

L’oral se déroule, pour l’ensemble des candidats, à distance sur une plateforme numérique dédiée à cet effet.

[…]

La suite à lire ici.

Déroulé de l’entretien

L’oral dure 30 minutes et est conduit à travers trois séquences.

Présentation du candidat

Durée : 5 minutes.

Commentaire et analyse d’image

Durée : 10  à 15 minutes.

Parcours du candidat, motivations, projet intellectuel pour Sciences Po

Durée : 5  à 10 minutes.


Nos conseils

Retrouvez les questions d’actualité 2021 dans notre guide de préparation de l’oral en cliquant ici.

Vous voilà enfin arrivé au moment de préparer votre oral et vous êtes un peu perdus quant à la meilleure méthode à adopter ? Pas de panique on est là pour vous aider !

Suivre l’actualité : mode d’emploi

Pour cela, pas de secret il faut rester ultra connectés ! Lisez la presse et les grands quotidiens francophones et internationaux (particulièrement si vous demandez un campus délocalisé, lire la presse nord-américaine lorsqu’on demande le programme Europe-Amérique du Nord c’est essentiel). Vous pouvez également vous tourner vers d’autres formes d’accès à l’information comme les journaux télévisés et des émissions d’actualité comme le 28 Minutes d’Arte ou l’émission C dans l’air sur France 5, la radio ou des podcasts disponibles sur des applications de streaming musical ou sur Internet. Le Monde propose un podcast quotidien d’actualité sur toutes les plateformes intitulé l’Heure du Monde, ainsi que son application La Matinale qui propose un concentré d’actualité tous les jours. Courrier International propose également tous les matins son Réveil Courrier avec quelques actus principales pour la journée.

Enfin, les réseaux sociaux sont également un excellent moyen de rester informés, grâce à des chaînes YouTube comme celle d’HugoDécrypte ainsi que son compte Instagram sur lequel vous trouverez des synthèses quotidiennes de l’actualité, ou encore en profitant de Twitter pour s’abonner à une multitude de journalistes, éditorialistes et médias qui vous permettront d’avoir une vue d’ensemble de ce qu’il se passe dans le monde. On active les notifications des comptes importants, et on fait de son mieux pour suivre !

Rien ne sert de s’abonner à des dizaines de journaux que vous ne pourrez pas lire, profitez de ceux disponibles dans les CDI ou bibliothèques, ainsi que de toutes les ressources disponibles gratuitement sur Internet.

Cultivez-vous !

C’est le moment où jamais de lire ce livre qui dort depuis des mois sur votre table de chevet, regarder ce documentaire dont tout le monde vous a parlé ou encore de vous mettre à prendre le temps d’écouter un podcast par jour comme vous vous l’étiez promis. 

Explorez votre monde au maximum pour avoir plein d’idées d’ouvertures dans votre oral sur tous ces sujets qui vous passionnent et vous semblent parfois obscurs. Prenez ce temps pour vous, pour vous rendre passionnant car plein de ressources et de références, riche d’une culture que vous vous êtes forgés jusqu’à maintenant et que vous choisissez d’approfondir dès à présent.

Réaliser la description d’image : méthode et conseils

A première vue, la description d’image est un exercice qui peut faire peur : c’est tout nouveau, on ne le fait pas souvent au lycée… Pas de panique, avec de l’entraînement et une lecture régulière de l’actualité, rien n’est impossible ! 

Avant de passer l’oral, il est très important de vous entraîner régulièrement à partir d’une banque d’images, comme par exemple via ce site. Prenez régulièrement deux ou trois images, de sujets que vous connaissez comme de sujets complètement inconnus : c’est primordial de varier vos sources et ainsi de vous préparer à tout type d’image pour le jour J. Plus vous diversifiez vos sujets, et plus vous aurez des bases d’informations sur des contextes politiques, socio-économiques différents, ce qui vous sera toujours utile si vous avez peu d’informations sur l’image le jour de l’oral. 

En vous entraînant, vous allez créer votre méthode d’analyse : il n’est pas nécessaire de faire un plan “classique” d’analyse, ayez le vôtre, démarquez-vous des autres candidats. 

Si vous êtes vraiment perdus, voilà quelques questions qu’il faut absolument se poser en analysant une image : 

  • Première étape : prenez votre temps. Le jury ne va pas attendre que vous démarriez dans l’instant votre analyse. Il s’agit de choisir vous même une des deux images, de la comprendre, de l’analyser, de la critiquer si vous vous en sentez les capacités, et de la mettre en contexte. Dès lors, pensez à vous laisser quelques minutes afin de prendre en considération tous les aspects de l’image et ainsi mieux organiser votre argumentation. 
  • Deuxième étape : qu’est ce que vous voyez ? Avant de vouloir analyser d’un point de vue politique/social/économique/environnemental/juridique/autre élément intellectuel qui pourrait intéresser le jury, posez-vous cette simple question : qu’est ce que vous voyez ? Quels éléments vous frappent au premier/au second/à l’arrière-plan ? Avec le stress, on a tendance à passer à côté des éléments les plus évidents. Positionnez-vous comme quelqu’un qui ne connaît rien à l’actualité, au sujet de l’image, et intéressez vous à ce que vous voyez d’un point de vue purement visuel. 
  • Troisième étape : essayez de trouver le contexte. Si vous savez quand / où / comment a été prise la photo, vous êtes chanceux. Notez directement tous les éléments qui vous viennent en tête par rapport à ce contexte (date, lieu où a été prise la photo, informations sur le photographe, au cours de quel événement la photo a été prise, qui était présent, où a été publié l’image, quel est son titre (si il y en a un) …). Si vous ne connaissez pas le contexte de l’image, attachez-vous aux différents éléments que vous observez sur la photo (les couleurs, le grain de l’image, les personnalités représentées, le décor autour), ils vous donneront les éléments nécessaires pour formuler une ébauche de contexte. 
  • Quatrième étape : analyse du format de l’image. Dans un second temps, faites une analyse technique de l’image. Pour cela, mentionnez quelle type d’image vous avez devant vous (photographie, dessin, gravure), quelle est sa nature (photographie de presse, carte postale, planche de bande dessinée, photographie politique…), quelle est son format, si l’image a été modifié, ce qui est représenté sur l’image (sujet/thématique principale). N’hésitez pas à utiliser un vocabulaire très précis : parlez de plans, d’ombres, de lignes de fuite, de cadre, de mise en scène, de prise de vue, de lumière etc. 
  • Cinquième étape : interpréter l’image. C’est la partie la plus difficile peut-être de cet exercice. Il s’agit ici de définir les objectifs de l’image, de voir ainsi si elle cherche à informer, critiquer, représenter… Il est important de différencier l’objectif de l’auteur et comment au final l’image fonctionne : l’auteur peut avoir envie par exemple de représenter la solennité d’un élément, et au final le message reçu est tout autre (prenez par exemple la photo du Sofagate). Pour réaliser cette dernière étape, essayez de répondre aux questions suivantes : quelle est la fonction de l’image ? Comment la percevez-vous ? Quelle est la cible ? Pensez-vous que le photographe ait réussi son objectif ? Si vous pensez que non, que l’objectif du photographe n’est pas atteint, vous pouvez émettre quelques critiques, mais en restant très respectueux du travail du photographe et en restant très raisonné. 

Vous avez maintenant tous les éléments nécessaires pour les exposer au jury. Avant de débuter cette phase d’analyse, commencez votre prise de parole en expliquant en quelques phrases pourquoi vous avez choisi cette image : est-ce pour un pur attrait visuel ? Avez-vous plus d’intérêt ou de connaissances sur le sujet ? Il n’y a pas forcément besoin d’être exhaustif, mais cela permet de rendre votre analyse plus personnelle, et ce sont des éléments qui intéressent votre jury.  

Le temps alloué à cette partie de l’épreuve est de dix minutes. Après quatre à cinq minutes de temps de parole de votre part, attendez vous à être interrompu par votre jury pour quelques minutes supplémentaires de questions à ce sujet.

Le plus important : entraînez-vous !

Pas de secrets pour préparer un entretien, il faut s’y entraîner ! Cet exercice très particulier requiert de l’aisance et de l’agilité d’esprit que l’on acquiert par l’entraînement. Pour cela, vous pouvez vous entrainer à répondre aux questions proposées dans ce guide face à votre miroir, solliciter vos professeurs ou vos proches, votre binôme SOSciencesPo ou encore prochainement vous inscrire grâce à notre formulaire pour bénéficier d’un oral blanc avec un étudiant de Sciences Po.

Petite méthode pour répondre efficacement à une question. Prenez quelques secondes pour réfléchir à votre réponse. Reformulez la question et répondez succinctement en une phrase ou deux. Puis, développez en respectant la logique de votre première phrase. Enfin, n’hésitez pas à proposer une forme d’ouverture à votre réponse en concluant par une référence à une lecture, une actualité, un auteur ou un cours par exemple. Si vous sentez que votre réponse est trop longue, c’est probablement le cas. Vous pouvez demander des opinions extérieures à ce sujet ou encore vous enregistrer et vous écouter à posteriori pour vérifier ça. Visez plutôt la clarté et la synthèse qu’un long développement impossible à suivre, misant ainsi davantage sur votre ouverture que sur une réponse plus que complète dans laquelle vous donnez tellement d’éléments que tout le monde s’y perd. Choisissez une ou deux idées centrales et partez là dessus. 

Si vous sentez que vous décrochez pendant une réponse, n’hésitez pas à faire une pause et simplement dire “Je reprends” avec un petit sourire, le jury sera bienveillant. Si vous n’avez pas de réponse à une question dites simplement “Je ne sais pas” et pourquoi pas développer une idée qui s’en rapproche ou parler de ce à quoi la question vous fait éventuellement penser. Si vous n’avez pas compris une question demandez à ce qu’on vous la répète ou qu’on la reformule, ce n’est rien de grave. 

Parmi toutes les questions probables en entretien, un certain nombre d’entre elles sont incontournables et voici quelques astuces pour préparer votre réponse au mieux. Rien ne sert de rédiger une réponse complète et figée qui vous fera perdre tout naturel et encore moins de garder cette fiche sous vos yeux durant l’entretien Zoom, optez plutôt pour quelques bullet points préparés à l’avance qui guideront votre réponse naturellement. 

  • Présentez-vous (comptez 1min30 à 2min)
  • Vous êtes assez libres toutefois on s’attend à y trouver nom, prénom, âge, grandes lignes de votre projet et celles de votre personnalité, vos activités. En d’autres termes, l’essence de qui vous êtes en un temps record pour montrer à quel point vous êtes intéressants.
  • L’idée de cette question est de tendre au jury les perches que vous voulez qu’ils saisissent pour poser leurs prochaines questions.
  • Pourquoi vouloir intégrer Sciences Po ?
  • Quels sont les aspects de la formation qui vous intéressent particulièrement ? Il est possible de mentionner pour cette réponse le fond des cours et les matières qui vous attirent le plus, le format d’enseignement (la place de l’oral), la place réservée à l’international, l’engagement à travers le Parcours Civique et les assos, et plein d’autres éléments qui sont ce qui VOUS attirent particulièrement.
  • Pourquoi vouloir intégrer ces programmes en particulier ? (en fonction des 2 choix indiqués dans votre dossier)
  • Allez chercher la particularité de ces programmes, dans le fond comme dans la forme, montrez en quoi ils résonnent avec votre parcours, répondent à vos attentes et vous permettront de vous former au mieux pour la suite. 
  • Pourquoi vous prendre vous et pas un autre ? / Que pourriez-vous apporter à Sciences Po ?
  • Avez-vous des projets particuliers d’association ? D’autres éléments distinctifs ? C’est le moment !
  • A éviter surtout : discréditer les autres candidats, cherchez simplement à mettre votre profil en avant.
  • Si vous n’avez pas Sciences Po, quels sont vos plans B ?
  • Répondez honnêtement, pourquoi pas rappeler pourquoi ce plan B vous correspond bien mais comment Sciences Po est encore plus pertinent.
  • Avez-vous quelque chose à ajouter ? Une dernière question à nous poser ? 
  • Essayer absolument de trouver quelque chose à répondre.
  • N’hésitez pas à retenir le métier que votre jury exerce en tout début d’oral (ex : vous avez un prof de philo, pourquoi pas lui demander son point de vue sur une question qui vous a été posée). 
  • Si vous n’avez pas pu mentionner certains points de votre profil qui vous sont chers et vous semblent importants, n’hésitez pas à le faire à ce moment-là, ou rappeler votre motivation si cela vous semble juste.
  • Vous pouvez les interroger sur leurs parcours, ce qui est à leur sens important à savoir pour entrer dans la vie étudiante, ou ce que Sciences Po a de particulier du point de vue des professeurs.
  • Parmi les sujets à éviter : leur demander ce qu’ils ont pensé de votre oral, demander quand vous aurez les résultats ou encore toute autre question pour laquelle la réponse se trouve sur le site.
  • Si vous avez des idées de questions un peu farfelues essayez de demander à un étudiant ce qu’il en pense avant l’oral.
  • Quel est le dernier livre/film/série/expo que vous avez vu ?
  • Rien ne vous oblige à dire l’exacte vérité pour cette question, pourquoi pas mentionner un élément en particulier qui vous permet de mettre un de vos centres d’intérêt en valeur.
  • ex : Je suis très engagée pour la lutte contre le changement climatique, pourquoi pas mentionner une œuvre qui s’inscrit dans ce cadre.

Réaliser son oral sur zoom : quelques défis

Avant votre oral, prenez quelques minutes pour souffler et créer une rupture entre ce que vous étiez en train de faire quelques minutes auparavant et l’oral que vous vous apprêtez à passer. Préparer à portée de main votre pièce d’identité. 

Éteignez votre téléphone, réveil ou quoique ce soit qui puisse faire du bruit (sortez votre animal ou votre petite sœur de la pièce par exemple). 

Testez en amont votre caméra, votre connexion internet et votre microphone pour éviter tout problème technique le jour J. Si le fond derrière vous n’est pas très esthétique, n’hésitez à mettre l’option flou en cliquant sur la petite flèche à côté de la caméra en bas à gauche de votre écran. Pour éviter d’être distraits par votre propre image vous pouvez aussi avec un clic droit masquer votre propre image et ainsi ne pas être stressés par ce à quoi vous ressemblez quand vous réfléchissez. 

N’essayez pas de regarder la caméra si c’est trop difficile, contentez-vous de regarder les deux images de votre jury successivement, comme si vous essayiez d’établir un contact, une discussion dans la vraie vie. 

Pensez à votre posture, posez l’objet qui vous filme sur une table et asseyez vous bien droit sur une chaise, les pieds ancrés dans le sol, les mains et vos bras stables pour éviter tous les mouvements parasites. Pensez à sourire et avoir l’air le plus à l’aise possible. Le capital sympathie est plus difficile à mesurer sur Zoom, ne lésinez pas sur ces sourires et une écoute active des questions pour compenser, vous n’êtes pas figés.

https://www.sciencespo.fr/admissions/fr/bachelor/epreuve-4.html

Sciences Po